Le club libertin fantôme

Je laisse le clavier à Sun, une copine noctambule qui a atterri récemment dans l’un ces lieux parisiens que la morale réprouve. L’adresse ? Elle ne s’en souvient plus… Je ne suis pas celle que vous croyez. Tellement pas, que je reste sous couvert d’anonymat. On vient de là où on vient, avec le vécu…(lire l'article)