Esparbec : quand la littérature de gare chatouille l’arrière-train – avec extrait