Feux de l’Amour pour la “spéciale Franck Gastambide”

Performance à L'Amour - Feux de l'Amour - Paris Dernière "spéciale Franck Gastambide"

Voici les coulisses de la prochaine séquence sexy de Paris Dernière sur Paris Première diffusée ce samedi soir (30 avril). Une bad girl déshabille sa proie et joue avec le feu, dans un show “sexy circus” à L’Amour, un squat d’artiste du 93, souvent dédié malgré lui à l’érotisme. Le numéro a été monté pour une “spéciale Franck Gastambide”, réalisateur-acteur de Pattaya.

Franck Gastambide avait déjà signé un sacré succès avec Les Kaïra en 2012. Son nouveau film Pattaya qui se déroule dans la sulfureuse station balnéaire thaïlandaise, a également fait un carton en salle. Voilà pourquoi la prochaine émission TV Paris Dernière sera consacrée à l’auteur et comédien. On le retrouvera tout au long du parcours nocturne de François Simon pour mieux connaître son univers et une partie de l’équipe du film dont Ramzy (de Eric et Ramzy), Sabrina Ouazini et Malik Bentalha.

Le pitch : “Franky et Krimo rêvent de quitter la grisaille de leur quartier pour partir en voyage à Pattaya. Pour pouvoir s’y rendre à moindre coût, les deux amis ont la folle idée d’inscrire à son insu le nain de leur quartier au championnat du monde de boxe thaï des nains. Mais ce qui devait être pour eux des vacances de rêves va se transformer en l’aventure la plus dingue et périlleuse de leurs vies.”

Du coup, il fallait que je trouve une séquence sexy en adéquation. Un strip-tease de nains ? Un lâcher de lady boys ? Une domina qui officie en survêt et casquette ? Bon, pas évident… Finalement, j’ai contacté Julie et Chica, performeuses en couple dans la vraie vie, ce qui leur donne une grande complicité lorsqu’elles collaborent sur scène. Il ne manquait plus que faire ça à L’Amour, ça ne pouvait mieux coller ! Les nanas ont créé un numéro en moins de 48h : un zest de violence, du glamour, du strip et du cirque. Julie joue une bad girl qui va dessaper sa proie Chica en faisant des contorsions. “L’agresseuse” joue avec le feu dans tous les sens du terme.

Les week-ends, Julie travaille au Manko, un nouveau cabaret dans l’esprit “freaks show” au sous-sol du théâtre des Champs-Elysées. Elle y joue une contorsionniste en fauteuil roulant.

12728957_10208579333379997_7808294022718272821_n-1

Il y a aussi une fille fakir qui se plante des clous et qui s’agrafe des billets. Aïe ! Mais aussi une none perverse, des trans et des travs qui s’essayent à un transformisme nouvelle vague. Un mélange de spectacle et de clubbing, servi à table avec une cuisine péruvienne. Cette ambiance “fin du monde” a des chances de bien me plaire. Il faudra absolument que j’aille voir ça de près.

Et Chica ? Ce ne sera pas le cas samedi soir, mais la jeune femme excelle en “dragking”. C’est une nouvelle pratique qui consiste à se grimer en homme. La transformation est époustouflante. Chica : “Quand je suis en homme, j’ai un succès fou auprès des filles. Mon personnage de dragueur invétéré est totalement magnétique. Alors en soirée, j’y vais cash ” salut, tu me donnes ton numéro ?” Sérieux, l’autre fois, en 3 minutes chrono, j’ai réussi à en choper une douzaine.” Comme quoi, faire genre peut rapporter gros !

12115753_401996470005721_860447750864890805_n
Chica
FB_IMG_1458849097435
Chica en mec

Enfin, laissez moi vous parler de la galerie où se déroule la performance télévisuelle de samedi soir : L’Amour à Bagnolet dans le 93, forcément ! IMG_2247 L'Amour - Paris Dernière spéciale "Franck Gastambide"

Un squat d’artiste dans une ancienne forge, qui accueille souvent des manifestations CULturelles. Interview d’Alex, 24 ans, le maître des lieux :

  IMG_2214 Alex L'Amour, Paris Dernière spéciale "Franck Gastambide"

L’Amour est un lieu dédié à l’érotisme ?

Alex : à l’origine pas du tout ! Mais il se trouve que les événements que l’on nous propose, tournent souvent autour : expos de nus, performances en zentaï et boa, tournage d’une campagne sur les préservatifs, lectures porno… Les gens se lâchent de plus en plus. Le X gratuit, les sites de rencontres, les débats sur les genres, créent une mouvance générale et une contre culture. Du coup, beaucoup d’artistes s’emparent de ces thèmes et cherchent à montrer leur travail. Comme les lieux conventionnels restent frileux, nous les retrouvons ici !

Ça ne crée pas de problème dans le quartier ?

Non. Bon, nous faisons attention à ce que nous exposons quand même ! L’Amour est un lieu ouvert à tous. Et ça nous fait plaisir quand des musulmans et même des femmes voilées viennent à nos expos. J’en suis très fier.

L’occupation est illégale ?

Complètement, nous en sommes à notre quatrième procès depuis l’ouverture, il y a un an. On tient bon, on a de bons avocats. L’endroit est vide depuis les années 80. Vraiment dommage ne ne pas l’utiliser. Espérons que ça dure !

Et toi ? D’où viens-tu ?

J’avais commencé une carrière dans la production événementielle en agence de pub. J’étais promis à un bel avenir “comme il faut.” A côté, je faisais pas mal de free parties et j’ouvrais des lieux juste pour faire la fête. Et puis un jour, un pote est venu me tirer par l’épaule en m’expliquant qu’il voulait faire un projet artistique sur Paris. J’ai trouvé ça tellement cool que j’ai décidé de tout plaquer et nous avons ouvert le Point G dans le 19ème. Nous y organisions pas mal de bringues, d’expos, du théâtre. Puis, nous avons enchaîné sur L’Amour. Aujourd’hui, je ne regrette rien !

Paris Dernière “spéciale Franck Gastambide” – samedi 30 avril à 00h50 – sur Paris Première

réalisation : Alexandre Jonette

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Apéro Paris Derrière épisode 2 : billetterie ouverte !

On m’informe dans l’oreillette que cet article était très très attendu. Donc,...
En lire plus

Nous contacter ici, pour signaler un commentaire.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.