Comment être sexy sans s’intoxiquer ?

Rendez-vous amoureux ou plaisir de prendre soin de soi au quotidien, avouez que ça devient de plus en plus angoissant de se passer des produits cosmétiques partout partout sur le corps entre les perturbateurs endocriniens, conservateurs de synthèse, colorants et autre composants effrayants qui peuplent nos crèmes, gels douche, après-rasages, maquillage, vernis à ongle, teintures… Paris Derrière a voulu en savoir plus sur ce qu’il y a derrière les étiquettes et s’il y a des alternatives plus saines.

On ne compte plus les reportages sur leur contenu. À croire que nos produits de beauté seraient des bombes à retardement ! Après il ne reste plus qu’à se badigeonner de masque au sperme sur la tronche. Et encore, faut-il qu’il vienne d’un mec qui n’ait pas été en contact avec la civilisation depuis longtemps. Et à part aller chercher des vieux hippies du Larzac ou peut-être José Bové… Bon, je sens que ça vous emballe pas des masses… Du coup, existe-il une voie moins radicale et plus attrayante ?

J’ai fait le point en 10 points avec une spécialiste, Anne Dubost qui tient le site engagé La vérité sur les cosmétiques. Elle vient de prendre la suite de la fondatrice Rita Stiens, journaliste allemande qui fût parmi les premières à s’inquiéter de ce que contiennent nos tubes, pots et sprays.

  • AnnemitnameQuels sont les problèmes les plus courants ? La plus grosse partie du produit, c’est l’excipient. 80% de gras et d’eau. Prenons le cas des huiles végétales, même si elles ne sont pas bio, elles sont chères. Du coup, pour plus de rentabilité, les industriels vont mettre dans leurs produits des huiles minérales issues de la pétrochimie avec par exemple des silicones. Ça hydrate bien mais c’est problématique sur d’autres plans. La marque va ajouter un extrait de fleur de Madagascar qu’elle va bien mettre en avant avec un marketing exemplaire pour faire passer la pilule.
  • Acheter en pharmacie, est-ce que c’est une garantie ? Non, c’est pareil. que dans les grandes surfaces et en parfumerie, même si le packaging est plus rassurant. Certains produits vont arguer qu’ils contiennent de l’eau thermale. Mais en fait, il peut n’y en avoir que 0,02% et le reste est issue de l’industrie pétrochimique.
  • Quand il y a marqué “sans paraben”, c’est bon signe ? Pas forcément. Après les révélations autour de ce conservateur de synthèse cancérigène dans les années 2000, des fabricants l’ont remplacé par un autre composant parfois bien pire.cosmétique bio
  • Comment savoir si les produits que j’ai dans ma salle de bain, sont nocifs ou pas ? Sur le site La Vérité sur les cosmétiques, vous trouverez une fonction de recherche INCI. Vous rentrez un composant et vous aurez de suite une fiche avec différentes recommandations:
très bien
bien
satisfaisant
passable
insuffisant
déconseillé

Ce qui pose réellement problème, c’est le cocktail, l’accumulation de plusieurs composants notamment les conservateurs et les parfums de synthèse. Les colorations pour les cheveux aussi sont problématiques, surtout au bout de 20 ans de teinture.

  • Bon, si je fais ça pour tous mes produits, j’en ai pour la journée ! Et puis, faut être équipé d’une loupe, la composition est souvent marquée de façon minuscule… Faut-il tout jeter à la poubelle ? Non, bien sûr. On est pas à quelques mois près. Ce n’est pas ça qui va précipiter un cancer, soyons clair ! En revanche, lorsque vous allez renouveler votre stock, vous pouvez faire un tour au rayon cosmétique bio. Autrefois, il y avait très peu de choix et ces produits étaient une punition. Mais aujourd’hui, il y a une telle variété, qu’il n’y a pas vraiment de sens de s’en priver ! Les marques allemandes ont été pionnières en matière comme Weleda qui existe depuis 1921.WELEDA_Gel_Douche_energisantweleda_cremes_de_douche_grenade_8_80_weleda_cremes_de_douche_rose_argousier_lavande_citrus_7_90
  • Est ce que la cosmétique bio est aussi contrôlée et garantie que pour la nourriture avec le fameux label AB ? Leur composition est strictement encadrée. Il y a différents labels : Ecocert, Natrue, Nature et Progrès, Cosmébio, BDIH, avec différents cahiers des charges, mais ils ont un tronc commun gigantesque. Il y a énormément de choses qui n’ont pas le droit d’y être. Donc là, oui clairement, on opte pour plus de sécurité.
  • Est-ce qu en achetant bio, j’aurais moins de saloperies dans le sang ? ah oui, c’est flagrant. Ce sont surtout les jeunes filles qui sont concernées car elles utilisent au quotidien jusqu’à 12 produits. Une étude a été réalisée dans laquelle on a proposé à cette population de passer à des produits plus naturels et bien le taux de certains composants a chuté… au bout de 3 jours. Après le risque zéro n’existe pas et puis des toxiques peuvent rester longtemps stockés dans le corps. Mais c’est une bonne façon de limiter les dégâts, indéniablement.
  • Est-ce que la cosmétique naturelle est aussi efficace que les produits conventionnels ? Il faut trouver le produit qui convient à votre type de peau sachant que l’épiderme varie en fonction des hormones pour les femmes, que les hommes ont plutôt la peau grasse, mais en vacance, avec le soleil, nous avons tous et toutes des risques de dessèchement. L’efficacité ce n’est pas seulement une formule, c’est la bonne adaptation à votre problème. Pour cela, il faut être à l’écoute de son corps et de ses besoins et pas seulement s’en référer à la presse féminine, la dermato ou la vendeuse.cosmetiques-bio-avantages-inconvenients
  • Est-ce que les produits bio sont faciles d’utilisation ? Oui tout autant que les autres. Il ne faut pas oublier aussi le plaisir, la texture, le parfum. Il faut reconnaître un problème : dans les magasins ou grandes surfaces bio, il n’y a pas assez de vendeurs spécialisés qui peuvent vous conseiller et vous donner des échantillons. C’est bien dommage. En revanche, il y a de plus en plus d’esthéticiennes et des enseignes de parfumerie qui ne commercialisent que des cosmétiques naturels.
  • Le bio, c’est bon pour soi et pour la planète. Oui, la démarche ne tourne pas qu’autour de notre nombril. Achetez bio, c’est aussi une démarche militante. Les labos d’où sortent ces produits, polluent beaucoup moins la nature, respectent davantage les matières premières et ne testent pas sur les animaux.

Voilà, maintenant vous pouvez vous faire tout bio pour aller danser !

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Apéro Paris Derrière épisode 2 : billetterie ouverte !

On m’informe dans l’oreillette que cet article était très très attendu. Donc,...
En lire plus

2 Commentaires

  • J’aime beaucoup les produits Weleda mais je trouve qu’ils sont un peu chers… (J’ai une huile de massage de chez eux en ce moment dans mon “armoire coquine”)

    Peut-être le prix du bio et de la qualité…

    • Y a maintenant toutes les gammes de prix dans le bio. Par exemple, Naturalia commercialise des produits premiers prix. Je regrette que les shampoings ne soient pas encore très au point, ils déssèchent les cheveux.

Nous contacter ici, pour signaler un commentaire.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.