Quand passer à l’oral, vous en bouche un coin !

On n’oublie trop souvent à quel point le plaisir existe hors du coït. Mais personne n’a la science infuse en matière de sexe oral, surtout qu’il regroupe toute une gamme de pratiques souvent mal connues. Pour développer votre technique, Laura de l’assoc Les Chahuteuses « pour une sexualité joyeuse », organise régulièrement des ateliers sur la question, théoriques les ateliers, je précise… La miss nous souffle quelques secrets en la matière.

  • Le baiser est très différent d’une personne à l’autre. Certains / certaines aiment mettre goulument leur langue dans la bouche de l’autre. D’autres jouent uniquement avec les lèvres. Je trouve qu’il n’y a rien de plus désagréable que quelqu’un qui vous met la langue dans la bouche hyper rapidement alors qu’on ne s’était pas « chauffé » pour. On n’est pas toujours dans le même mood et dans le même rythme, donc prenez le baiser comme une manière de se construire un rythme ensemble, ne soyez pas trop intrusifs ! Commencez à embrasser lentement, soyez dans la proposition et laissez la place à l’autre de vous répondre avec ses lèvres/sa langue. Ca créé une « discussion », un jeu qui peut être hyper excitant. Et puis, petite astuce : pendant que vous vous embrassez, servez-vous de vos mains pour caresser le corps de l’autre sur un rythme équivalent à celui de votre bouche : il/elle se sentira complètement enveloppé(e) !

rouge-a-levres-bouche

  • Les mots crus sont des boosters de plaisir. Par exemple, pendant une fellation, chacun/e peut lancer par exemple « je suis tout à toi », « vas y suce moi bien, « lèche moi comme ça ».  Ensuite, la vulgarité peut se montrer très excitante mais attention ! « Salope » ne va pas avoir le même sens d’une femme à l’autre. Certaines filles vont détester mais apprécieront « grosse chienne ». Mieux vaut demander auparavant plutôt que de risquer une gifle, sauf si on la cherche, mais ça c’est une autre histoire (rires) ! Pareil pour les mecs, certains aiment prononcer des insultes et d’autres vraiment pas. Ça dépend de la représentation que chacun de nous a dans la tête autour de ces termes. De manière générale, on communique très peu sur notre façon de faire l’amour. On ne pense pas demander à l’autre ce qu’il/elle aime, comment il/elle aime telle pratique. Les mots permettent aussi d’avoir un feed back sur ce que ressent l’autre.

les-mots-crus

  • L’anulingus peut être une pratique à part entière mais aussi un très bon préliminaire à la sodomie. L’anus, c’est la zone qui a le plus de récepteur sensoriel chez l’être humain. Seul le clitoris chez la femme peut lui faire concurrence à ce niveau là. Les hommes doivent comprendre qu’une femme qui leur lèche l’anus, ne remet pas en cause leur virilité. Prendre le temps de caresser, de masser, de cajoler les fesses de son/sa partenaire, de se rapprocher en douceur de l’anus pour l’embrasser, puis jouer avec la langue en faisant de petits cercles. Au bout d’un certain temps, lorsque la personne sera en confiance et se sera appropriée les sensations, l’anus s’ouvrira un petit peu, permettant éventuellement de faire des va-et-viens avec la langue à l’intérieur, mais cela n’a rien d’obligatoire.

311378-etude-d-homme-nu-annibale-carracci-622x600-3

  • Le cunnilingus reste beaucoup moins pratiqué que la fellation par refus du mec ou de la nana. Les femmes ont encore trop de mal à faire les choses pour leur plaisir à elles. Culturellement, elles doivent encore d’abord penser au plaisir de l’homme. Je le vois dans les soirées « sextoy », les filles s’intéressent davantage à des masturbateurs masculins qu’à des stimulateurs de point G. Il y aussi le vieil héritage historique qui laisse entendre que le sexe de la femme est sale et qu’elle doit en avoir honte. C’est pour ça qu’on l’épile, qu’on gomme les odeurs. Voici une technique de préparation pour réussir son cunni : avant de mettre la bouche, il est possible de stimuler le clitoris en mettant la paume de la main sur le Mont de Vénus et 2 doigt de chaque côté sur les lèvres extérieures. Masser la zone, ce qui va favoriser l’excitation du clitoris dans son entièreté. Le clitoris, c’est la pointe émergé de l’iceberg. En fait à l’intérieur, il est assez étendu et il a 2 espèces de jambes qui viennent se caler à califourchon autour du vagin et qui descendent ensuite autour des grandes lèvres. Ces zones sont hyper érogènes.

arton375

  • La fellation est encore trop souvent exécutée par les femmes par devoir et non par plaisir. Une bonne pipe, c’est une pipe qui est faite par quelqu’un qui en a envie. Avec le porno, c’est devenu la norme d’entamer un rapport sexuel de cette façon, un passage obligé et c’est tristement prévisible ! Pour une fellation réussie, il faut se brancher sur le plaisir de son partenaire, essayer d’imaginer ce qu’il ressent, faire varier les sensations, varier les vitesses, jouer avec des glaçons, du miel etc… Et à partir du moment ou on sent que l’homme commence à grimper et à donner des signes d’orgasme, là, on garde le rythme pour permettre l’expression de la jouissance.
Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Qui est derrière Paris Derrière ?

En cette année 2019, j’ai envie plus que jamais de cheminer avec...
En lire plus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.