Attentats : Paris libérée, plus chaude que jamais

Les terroristes revendiquent avoir “pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion.” Le Paris des plaisirs accuse le coup, indéniablement. Les libertés vont morfler, mais heureuse nouvelle : on va faire l’amour, baiser davantage !

Prolongation de l’état d’urgence, perquisitions, multiplication des contrôles, assignations à résidence, interdictions de toute manifestation, censure de la presse, blocage des sites internet, pour le premier ministre Manuel Valls, ces restrictions de liberté sont nécessaires pour garantir la première d’entre elle, la sécurité. Soyons franc : le sentiment de sécurité nous aide à ne pas céder à la peur, à continuer à vivre. Mais cela ne nous empêche pas d’être vigilants. La liberté, “commencer par l’écorner, c’est s’affaiblir d’emblée”, comme le souligne l’excellent édito de Laurent Joffrin dans Libération. Combattre les terroristes sur ce terrain là, c’est ce qu’ils cherchent pour nous déstabiliser en mettant à mal le fondement de notre société. La voilà la véritable perversion !

Je recommande aussi la tribune de Magyd Cherfi, toujours dans Libé. Pour le membre du groupe Zebda, “il y a des jours comme ça où on est de droite, de gauche, de tous les bords tant qu’ils respectent le droit de pas être d’accord. On envie ce pays d’autant tolérer d’avis contraires, d’idées extrêmes et nauséabondes.” Pendant ce temps, Marion Maréchal-Lepen va de plus en plus crever les écrans avec un sens politique aigüe ultra-précoce. Le Front National tente de fister l’opinion en douceur.

revolution-fist

La sidération et le choc des attentats, font que nous sommes dans l’outrance et non dans la rationalité pure. C’est en tout cas l’avis de Béatrice Brugère, ex-juge anti-terroriste, vice procureure au tribunal de Grande Instance de Paris et membre du syndicat FO Magistrat, invitée sur le plateau de la Nouvelle Edition sur Canal +, hier. Pour elle, le maillon faible, c’est le judiciaire. “Il faut décloisonner renseignement et police d’un côté et justice de l’autre. Cela permettra de mieux évaluer, en amont, la menace et la judiciariser, pour justement l’empêcher. Sinon, on ira vers des solutions qui mettront en danger notre socle démocratique”.

Béatrice Brugère
Béatrice Brugère

Un conseil, réécoutez l’album Gibraltar d’Abd Al Malik. C’était il y a 9 ans. Les textes prennent une autre dimension, ils prennent du poids, ils prennent une valeur universelle.

abd-al-malik

Dans l’élan du grand appel à la nudité nationale, pardon ! A l’unité nationale, sur Facebook, un compte a convié à une grande partouze, place de la République. Evènement annulé, évidemment. Mais il a quand même recueilli des dizaines de milliers de likes en un temps record.

Allons nous davantage faire l’amour, baiser ?

La question reste néanmoins en suspens. Allons nous augmenter les actes de copulation ces prochaines semaines ? C’est bien connu, “Faite l’amour, pas la guerre”, “Foutu pour foutu”, “Profitons, on ne sait pas ce qui va nous tomber dessus encore”…  Je suis allée vérifier tout ça auprès de à Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute :

FullSizeRender
Nathalie Giraud-Desforges

“Faire l’amour, on peut penser que c’est immoral en période de deuil, ceci vient du poids des croyances judéo-chrétiennes. En temps de danger, si vous avez de quoi manger et un toit sur la tête, faire l’amour, ça vous permet de vous rassurer. Tu te dis, je suis en en vie, et donc, j’ai des envies. Grâce aux hormones, le rapport sexuel, c’est reposant, c’est relaxant, ça libère. La testostérone donne de l’énergie, l’ocytocine l’attachement.” L’amour et l’humour, derniers instincts de survie de l’esprit et du corps….

5_Ren_e_Jacobs_Photo_019_fe25e4_mp“Dans l’urgence, on est plus heureux. Y a une conscience que ça peut s’arrêter tout de suite. Donc, vivons, baisons, relions nous, rions, c’est de la légèreté nécessaire face à la lourdeur du climat. Finalement, l’intimité, c’est le seul espace de liberté qu’on ne peut vous enlever. Seul le viol peut l’aliéner. C’est un remède à l’angoisse. Chez Daesh, il n’y a pas d’amour, pas de liberté d’aimer, c’est ce qu’ils tentent de réprimer, à coup de peur, c’est l’asservissement.”

Nathalie, qui anime les ateliers Piment Rose, a prévu une Journée “Tendresse, Connection et Energie” pour développer sa sensorialité. Ce sera dimanche prochain 22 novembre. Elle n’a pas souhaité reporter, malgré le fait que ça se passe dans un immeuble à République. Toutes les infos ici.

soiree-paris-20100506-veronique-vial-paris-naked-la-tour-eiffel

Dans le Paris fier et décadent, on l’a compris, ça va bien niquer dans les chaumières, mais peut-être un peu moins lors de sorties dans les soirées à thème ou les clubs. Certains organisateurs reportent leurs dates. C’est le cas de L’Amazing Cabaret Rouge prévu à la Machine du Moulin Rouge le 28 novembre. Ce devait être une grande nuit sexy arty underground. C’est pas grave, on fera ça plus tard.

Paris doit porter haut l’étendard libertaire pour défendre cette vie débordante, que l’on ne peut cadrer. Pour Baptiste Marie, auteur de la création sonore orgasmique “Hear I Come !” “faire entendre du plaisir, de l’orgasme, est plus urgent que jamais. Si le sexe et la musique rock nous placent comme une « capitale […] de la perversion », il faut alors redoubler d’expression sexuelle libre et de rock !”

Peut-il y avoir une religion du plaisir ? Et le plaisir de la religion ? C’est autre chose çà, on verra une autre fois. Il faut essayer de profiter de chaque instant, en jouir comme si c’était le dernier, chez soi, dans les partouzes, les donjons BDSM, les ateliers de littérature érotiques, à la terrasse des café, en dégustant dans un bon restaurant, dans les salles de concert, les rencontres sportives… Moins s’angoisser pour “l’après” si hypothétique. L’instant présent. Il parait que c’est la clef du plaisir et de la joie. Une belle manière de montrer son cul à Daesh !

 11061772_10155585610330261_9187651518652290734_n - copie

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Clubs libertins parisiens : la débandade

En plein âge d’or il y a 15 ans, la plupart des...
En lire plus

1 Commentaire

  • Je dis Non ! Je ne commenterai rien sur ce blog ! C’est nul et en plus, je ne rigole jamais sur le malheur des autres et encore moins sur la mort ou le deuil ! Je laisse ce genre de conneries à des têtes de noeud genre Laurent Baffy et Woody Allen !

Nous contacter ici, pour signaler un commentaire.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.