Chronique du milieu libertin parisien

Que veut dire le mot “libertin” ? Les libertins ne sont pas tous échangistes alors que les échangistes sont tous libertins. Pourquoi la prostitution est-elle la plaie du milieu ? Les hommes seuls réclament moins de discrimination tarifaire pour accéder aux clubs. Du coté des couples, les dames peuvent tout se permettre, alors que leurs partenaires masculins restent soumis à davantage de tabous. La société évolue, les libertins aussi. Enquête Paris Derrière

En préliminaire, tentons donc d’établir ce que veut dire le mot “libertin”. Voici des définitions plus ou moins anciennes et plus ou moins obscures. Elles décorent mon élégant et sobre sac de toile, cadeau d’une cousine, qui l’a trouvé à la boutique souvenir de l’expo Sade au musée d’Orsay, celle de l’autonome 2014 qui a cartonné à Panam.

“libertin” 1. qui ne s’assujettit ni aux croyances, ni aux pratiques de la religion. 2. Désireux d’indépendance. 3. Qui dépasse la mesure 4. Qui va à l’aventure 5. Dissipé, qui néglige ses devoirs pour le jeu, en parlant d’un écolier. 6. Déréglé par rapport à la moralité entre les deux sexes. Remarque, le latin libertinus signifiant : qui a le caractère d’un affranchi, on n’a pas historiquement l’explication des diverses significations françaises.”

'Aphrodite'- Pierre Louys,
‘Aphrodite’- Pierre Louys,

Au terme de 3 ans d’enquête, avec des centaines de personnes interrogées, j’en arrive à cette conclusion : au XXIème siècle, le recul de la religion catholique et la libéralisation des moeurs font que le mot “libertin” est devenu une coquille vide et tant mieux. Chacun, chacune, peut y mettre ses fantasmes, ses pratiques. Il y a autant de façons de “libertiner” que d’individus. Et surtout, celles-ci, autrefois réservées à la haute société, se démocratisent grâce aux sites de rencontre, clubs et soirées privées. Il y un beau témoignage de libertine dans les pages de Marie Claire.

Ceci explique que le libertinage comprend des pratiques très diverses : du simple plan cul direct au trio de bisounours, un zeste de BDSM, en passant par le plan candauliste de base où le type regarde plus ou moins passivement un autre baiser sa miss. Autre grande tendance du moment: le gang-bang interracial autour de la fantasmagorie BBC World, “Big Black Cocks”.

url

D’après Michel, l’organisateur des soirées Zinella qui mêlent libertinage et BDSM, “la pratique la plus répandue reste l’échangisme réservé exclusivement aux couples, car il faut bien avoir quelqu’un à échanger. Du coup, il y beaucoup de soirées dédiées surtout en boite de cul,”. Pour qu’il n’y est pas d’impair, jamais de chiffre impair dans le nombre de participants. D’ailleurs, le très festif club parisien L’Overside, lors de ses soirées “couple”, refuse non seulement les hommes, mais aussi les femmes seules, les fameuses “amazones”. Pourquoi une telle politique ? L’orga poursuit son constat : “la femme seule est incontrôlable, elle peut séduire ton mec et repartir avec, la catastrophe !” Il y a encore plus redoutable pour les clubs, leur bête noire: les prostituées. Déjà, la boite encourt la fermeture au regard de la législation française sur le proxénétisme. Mais ça va bien au delà : ” les clientes n’aiment pas que leur mecs couchent avec des prostituées”. Et oui, ça rompt tout l’équilibre précaire de l’échangisme.

“En raison de la dure loi de l’offre et de la demande, les hommes seuls râlent parcequ’ils payent très cher, quand dans certains clubs, les femmes peuvent rentrer gratos avec buffet et boisson” me confit Z, le patron de Selectpleasure, organisateur de soirée privée sur mesure.

tumblr_njbgl3Qr3P1sduu6to1_1280

Anecdote mainte fois entendue notamment de la part des videurs de boite de cul, aux premières loges lorsque les couples repartent en mode “scène de ménage” : Monsieur a trainé Madame pas très chaude au départ. Mais sur place, surprise ! Madame s’amuse plus que Monsieur qui se retrouve déstabilisé. Un grand classique.

Il faut dire que dans les clubs, ce n’est pas très drôle pour les mecs. Le dress code est assez strict, les fantaisies vestimentaires sont interdites. Ils n’ont pas le droit de faire de strip-tease sur la piste de danse. Il ne peuvent pas passer dans les backrooms sans être accompagnés d’une nana. Alors, que les femmes, elles, peuvent circuler librement partout.

Pour enfoncer le clou, les hommes subissent le tabou de l’homosexualité masculine. Les rapports bisexuels entre mecs sont encore rares. Il y a encore trop de partouzes où les messieurs se contorsionnent ridiculement pour ne pas effleurer leur voisin. Le Cirque du Soleil ! Mais les moeurs évoluent, en témoigne ce récit d’une expérience aux Chandelles sur le blog mangerbaiser-blog.com. Sur cette question, les femmes peuvent y mettre du leur pour prêter main forte aux hommes. Et ça bouge tranquillement de ce côté là. Figurez-vous que Richard Fhal, notre Larry Flynt français qui produit notamment du X en DVD, m’a révélé qu’en ce moment, ses clientes réclament de plus en plus de films de gays ou de transexuelles. Selon le patron des éditions Concorde, “elles ne s’identifient pas aux actrices et à ce qu’elles connaissent déjà, ça ne les excitent pas. En revanche, Les nanas sont curieuses, elles aimes la nouveauté.” Tout ça promet des lendemains pas trop dégueu dans notre société de décadence joyeuse.

One thought on “Chronique du milieu libertin parisien

  1. Merci ! Encore un bel article, appétissant !
    Y a t il des boites ou les transexuelles sont nombreuses ? En couples échangistes ?
    Pour un mari soumis, ça serait une expérience … profondément utile !
    Bonne continuation !
    Marie Séverine, jedominemonmari.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.