Facebook et Paris Derrière, pervers en liberté. Lequel enfermer ?

Facebook musèle Paris Derrière depuis un mois et demi. Motif : des bouts de téton en photo. Pendant ce temps, le réseau social devient de plus en plus obsédé et cynique. Loin d’ici, Facebook exploite des philippins 246 € par mois, selon Wire. Leur mission: traquer les photos d’organes sexuels. Certains modérateurs finissent par péter les plombs. Édifiant !

Grâce à Facebook, j’ai découvert qu’il y avait un métier encore pire que celui de A., ma vieille complice de nuits apocalyptiques. Toute la journée, dans la régie d’une grosse chaîne de télé respectable, la Miss vérifie des écrans publicitaires avant diffusion. Le job idéal pour une parfaite lobotomie. Mais les réseaux sociaux vont encore plus loin, Facebook en tête. La firme américaine exploite des modérateurs philippins 246 € par mois. C’est ce que rapporte le très sérieux magazine californien Wire, cité par L’Express.fr, dans cet excellent article “Les Philippins qui traquent vos photos de pénis sur Facebook” . Merci à mon ami Vagant (la belle plume du blog Extravagances) de me l’avoir signalé.

Selon Wired, outre les décapitation et les images pédophiles, ces nouveaux esclaves invisibles sont “chargés de traquer les contenus gores ou sexuels”, sur les réseaux sociaux. “Une armée d’employés qui absorbent le pire de l’humanité pour nous en protéger.” Problème: la chasse aux phallus, strings et tétons est psychologiquement nocive. Des modérateurs en arrivent à l’overdoseau point que certaines entreprises des Philippines font appel à des psychologues. L’une d’entre elles, Denise, s’en explique à Wire: “Comment vous vous sentiriez après avoir regardé 8 heures de porno, tous les jours? Combien de temps pourriez-vous tenir?”

Cynisme suprême, Facebook a choisi le pays le plus catholique d’Asie pour nettoyer ses poubelles. Une torture digne d’Orange Mécanique de Stanley Kubrick, film culte des années 70 et toujours visionnaire. Dans un camp de rééducation, les paupières du héros sont maintenues ouvertes de force avec des écarteurs pour l’obliger à regarder des images chocs. Une méthode censée lui laver le cerveau. Tout les ingrédients pour générer de dangereux psychopathes. C’est vrai qu’ils sont assez doués en la matière les ricains.

orange5.1179354826.thumbnail
Rappelons nous qu’à l’origine, la motivation de l’inventeur du réseau social number 1, Marc Zukerberg alors étudiant, était de transformer le campus en vaste baisodrome. Rafraichissez-vous la mémoire avec ce numéro d’Envoyé Spécial, le prestigieux magazine filmé de France 2, consacré aux dangers de la planète Facebook. Pas tout récent mais très intéressant.

En recoupant mes sources, j’ai aussi appris que chez Facebook et Google, des logiciels sont chargés de la même tâche. Ces applications tapent au hasard et détectent les formes de nichons, tétons, organes sexuels en tout genre. Quand je pense au geek qui a eu, un jour, l’idée de créer un détecteur de boobs, il doit être fier de lui.

Mais Facebook continue de se foutre de notre gueule et entretient un climat de paranoïa. Lors du blocage d’un compte, le réseau social affirme que c’est sur plainte d’un membre de la communauté. C’est en tout cas, ce qu’il m’a balancé il y a un mois et demi. La “police Facebook” a déboulé dans mon salon, comme je l’ai raconté dans l’article “Moi, Emmanuelle, délinquante Fessesbook”. L’objet du délire, une photo de Conchita Wurst entourée de danseuses du Crazy Horse, tétons à l’air.

Je me suis faite éjectée direct : la page du blog et mon compte ont disparu. Le site est signalé comme” dangereux.” Quiconque veut poster un lien Paris Derrière, verra surgir ce message en mode warning :photo

Bilan de la désintox : très franchement, je pensais que j’allais galérer plus que ça. Je n’ai pas le sentiment d’être passée à côté d’une info fondamentale. Pour trouver des évènements à annoncer, je me suis organisée autrement. Et surtout, je gagne un temps fou, c’est hallucinant à quel point. Bref, inutile de passer par les Facebook-addicts Anonymes.

facebook-addiction-19642567

Tags de cette page
, ,
Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Clubs libertins parisiens : la débandade

En plein âge d’or il y a 15 ans, la plupart des...
En lire plus

7 Commentaires

  • Flippant, édifiant….
    Un article très intéressant car le sujet reste rare et très encadré !! Encore une raison supplémentaire pour fuir ce réseau social !!
    Je ne parle même pas de ces modérateurs…

  • oui, ce n’est pas la première fois qu on m’en parle ces derniers temps. Je vais finir par aller voir.

  • La sexualité est évidemment légitime, inclus “derriere” etc. Mais je pense qu’il faut toujours faire attention de ne pas arriver au côté ‘radical’ – ce qui inclut la pression pour pousser un certain point de vue dans toutes coins de l’univers… Il est évident que beaucoup de gens ne sont pas demandeur pour des images explicite sexuelle et je comprends bien Facebook et d’autres réseaux social – puisque ‘social’ c’est tout le monde. Je pense (mais je ne suis pas certaine) que essentiellement Facebook veut limiter une distribution de ce genre de photos dans toutes les sens – inclus des gens qui ne sont pas inscrit directement sur ces sites Facebook – donc il pourrait bien y jouer le problème “friends of friends” (amis des amis), donc plutôt un problème technique dans la logique de traitement du système Facebook.

    En brèf: il faut éviter pousser les limited en utilisant des argument ‘conspiratoire’. Mais je veux bien réaffirmer que d’autres arguments de la part de Facebook ne seront guére acceptable.

Nous contacter ici, pour signaler un commentaire.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.