Angell Summers, ex-star du X : « expliquer ce qu’est le porno à ses enfants, n’est pas une mauvaise chose »

Angell Summers, ex-star du X, se reconvertit dans le coaching amoureux. Je retrouve la jeune femme toute pimpante à une terrasse, place de la Bastille.  Entre nous, une table étrange qui aimante les serveurs. Les gars sont restés scotchés tout l’entretien, debout à quelques centimètres de nous, l’air de rien. J’ai opté pour une interview « sale conne ». La sale conne, c’est moi évidemment.

Peut-on être féministe et actrice porno ?

Angell Summers : oui, on peut être féministe et actrice porno. J’ai toujours pleinement assumé mes choix. J’assume mon corps, ma sexualité, cela ne veut pas dire que l’on doit me considérer comme une femme moins bien. Être féministe, c’est aussi revendiquer la liberté de faire le métier que l’on veut comme on le veut. C’est ce que j’ai fait. Je le dis assez souvent sur les réseaux sociaux, une femme a le droit d’être sexy sans risquer d’être rabaissée. On pense souvent que dans le porno, les femmes sont maltraitées. Et bien non, on m’a toujours respectée. Le staff me demandait comment j’allais durant la scène. Je pouvais faire une pause quand je voulais. Jamais je n’ai été forcée à faire quoique ce soit. Et n’oublions pas que c’est un des seuls métiers où les femmes sont payées plus que les hommes.

Pourtant, dans ces films, les nanas sont souvent au service des mecs ?

Le porno a juste oublié d’évoluer en même temps que la société. C’est aussi un lieu de fantasme. Alors laissons les hommes avoir encore un endroit ou ils ont le dessus sur les femmes. Et il ne faut pas se mentir, les hommes sont plus consommateurs que les femmes alors les productions s’adaptent aussi à la demande.

Actrice X et prostituée, c’est un peu le même taf: baiser avec des gens qu’on ne désire pas en échange de fric. Non ?

Pour moi, il y a quand même une différence. Dans le porno, actrices et acteurs sont tous payés. Du coup, je me sentais au même niveau que ceux avec qui je couchais. Alors que dans la prostitution, le client paye pour réaliser ses fantasmes à lui. Il y a ce contrôle par l’argent qui n’est pas le même dans le porno.

©STUDIO LUXE-IMAGES-3722
Parlons de ta nouvelle vie. T’es pas forcément la meuf la mieux placée pour parler d’amour. Non ?

Grâce au porno, j’ai découvert mon corps. J’ai appris comment il fonctionnait et je peux donner des conseils. Je suis très douée pour écouter. J’ai pas mal de consultations sur des problèmes d’éjaculation précoce mais pas seulement. Je traite aussi l’anéjaculation (l’impossibilité d’éjaculer) et surtout les problèmes de libido au sein des couples. Je privilégie les conseils pratiques aux explications psy sur l’origine du mal, lorsque le client était ado par exemple. Un homme qui a des soucis d’éjaculation précoce, je vais lui faire travailler sa respiration, lui indiquer quel rythme et quelle position lui sont adaptés. Dès que je comprends que mon patient ou client – je ne sais pas encore quel mot utiliser- a un problème qui dépasse mes compétences, je lui recommande d’aller chez un bon sexologue ou médecin.

T’as un diplôme quand même ?

Non mais je veux reprendre des cours de sexologie à la fac et passer les examens. J’aurais pu choisir de retomber dans l’anonymat et trouver un travail mais j’ai fait le choix de garder mon image d’ex-hardeuse. J’assume mon passé et je veux en faire un atout. Pourquoi le cacher ? Cela me ferait un trou de 5 ans à justifier sur mon CV.

Ça ne m’étonnerait pas que des clients prennent juste rendez-vous pour tenter une affaire.

Parfois, y en a des chelous qui me contactent. Ils veulent me consulter mais au resto ou dans un bar. Je détecte rapidement le plan foireux. Sinon, ça va, je n’ai pas peur. J’exerce dans des locaux où je ne suis pas seule, même si mon bureau est fermé, bien sûr, pour que le client parle librement.

Est ce que tu traites les problèmes de porno-dépendance ?

Oui, je suis justement bien placée pour leur parler de porno, je ne vais pas leur dire attention, c’est très mal. Le X peut apporter un plus à leur sexualité, si comme le reste, ça reste un plaisir et non une addiction. J’ai aidé un accro. Au final, il a réussi à diminuer sa consommation et à regarder non plus par besoin mais par envie. Il a fini par régler aussi son addiction au chocolat. Notre comportement sexuel est très proche de notre comportement dans la vie.

T’as pas l’impression de jouer les pompiers pyromanes ou de les escroquer une deuxième fois ?

Une deuxième fois ? Le porno n’est pas du tout une arnaque. Parler des choses que l’on connait bien pour aider les gens, il y a pire dans la vie.

facebook
Tu as vu l’enquête du Figaro ? Le porno visionné trop tôt met la jeunesse en péril. Tu te sens coupable ?

Coupable, non. On ne peux pas nous rendre nous, responsables de tout. Les parents ont peut-être oublié qu’internet met tout à disposition facilement. Expliquer ce qu’est le porno à ses enfants n’est pas une mauvaise chose. Par contre, à une époque, je voulais faire de la prévention dans des écoles ou des associations liées à la jeunesse. L’occasion de prévenir aussi les MST. Après tout, des actrices seraient bien placées pour en parler puisque contrairement à ce que l’on pense nous sommes bien plus testés que le reste de la population.

Tu crois que ça existe vraiment la solidarité féminine ? Encore un mythe à la con, non ?

Pas faux (rire). La plupart du temps, les nanas me détestent. Elles sont angoissées à l’idée que je leur pique leur mec. Toutes les actrices de X subissent ce rejet. Du coup, elles restent entre elles. Les amitiés entre filles du porno sont très fortes. Hélas, comme tout ce qui est fusionnel, un jour, ça éclate. J’ai connu ça deux fois et j’en ai souffert. Quand à mes amies d’enfance, beaucoup ont choisi de fonder une famille. Nous ne partageons plus les mêmes centres d’intérêt. C’est la vie. Mais j’ai la chance d’avoir des copines là pour moi et qui m’acceptent. Alors, la solidarité féminine, ça existe encore. Si si, je vous jure.

Si, plus tard, tu as un enfant et qu’une fois grand, il hésite entre deux jobs: star du X ou faire le ménage dans les bureaux la nuit ? Tu lui conseilles quoi ?

Ma mère était femme de ménage, figures-toi, et je suis fière d’elle. Sincèrement, je préfèrerais qu’il fasse le ménage mais s’il choisit le X, je le soutiendrai. Ma famille l’a toujours fait avec moi. J’ai beaucoup de chance. En France, le porno n’a plus grand chose à offrir. C’est un métier difficile. Il peut apporter mais il prend beaucoup aussi.

Arrête de raconter ta vie sur Twitter. Tu twittes pour dire que tu vas prendre ta douche, que tu prends les escalators au lieu de l’escalier ou que tu mates Harry Potter, on s’en branle…

Je pars du principe que si on n aime pas, on a qu’a pas me lire. C’est facile de se désabonner. Parfois Twitter c’est mon petit défouloir. Et puis, ça n’a pas l’air de déranger mes 44 000 followers, bien que j’ai diminué ces dernier temps.

son site : intimatecoaching

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Candaulisme : Osez être cocu

Qui n’a jamais ressenti une pointe de jalousie excitante à imaginer sa/son...
En lire plus

2 Commentaires

  • Merci pour la qualité de vos interviews et autres billets sur la sexualité.
    Cette fois je sors toutefois de ma réserve pour hurler « non » à ce type de promotion d’une sexologue qui n’en est surtout pas une.
    Je ne pense pas que faire du X donne le droit de soigner les autres. Je trouve ça très dévalorisant et très dégradant pour le métier de sexologue qui s’appuie sur des connaissances acquises en 3 ans d’études pour les médecins et pas en 5 ans de pratique sur un plateau. C’ets un peu s’installer comme plombier car on fait beaucoup la vaisselle ou garagiste car on fait de la voiture tous les jours !
    Au total je pense qu’il faudrait aussi interroger de vrais professionnels sur le thème de la sexualité car même si je joue au « sale con » qui légitime le système santé dans lequel on vit il y a quand même de bonnes choses et l’acquisition des connaissance sur un sujet aussi complexe que le sexe en fait partie.
    A ce propos j’ai aussi un blog sur sexologue-toulouse.org/blog
    Bonne continuation et encore bravo pour votre blog !
    Philippe

  • Je suis parfaitement d’accord avec Philippe ! Tandis que certains se tapent des études universitaires, des petits rigolos (sinon des escrocs) ont le droit de s’octroyer des titres qui ne sont ni protégés, ni réglementés ( http://www.snsc.fr/annuaire-qui.php ) . Il convient revient donc malheureusement aux clients de séparer le bon grain de l’ivraie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.