l’apéro littéraire érotique : parler de cul avec des inconnus

J’ai testé l’apéro littéraire érotique.
Ce qu’annonce le programme ? « De la lecture, des jeux d’expressions et des débats ainsi que la découverte de l’auteur Miss Kat qui vient de sortir son dernier roman « Les Amoureux Libertins ».
Tout ça ne fait pas rêver. C’est soit chiant, soit très drôle !
J‘arrive à la bourre. Le rendez-vous est dans un bistrot sans intérêt et quasiment vide près des Halles. A l’étage, assises autour d’une grande table, une dizaine de personnes m’accueillent avec la banane. Deux tiers de femmes, un tier d’hommes, âges variables, tous s’apprêtent à écrire sur des feuilles blanches. Cerise, la sympathique organisatrice m’explique : « il faut créer un personnage libertin ou non, et écrire autour une petite histoire érotique ». Rien que ça, la vache ! En fait, faut bosser. J’ai pas envie. En plus, il faut que j’inclue le mot « champagne » et « sauna islandais ». 
 
Pendant que je cherche l’inspiration, je me disperse avec mon voisin de gauche, un bobo barbu et mari de l’auteure érotique Miss Katt, une belle femme gironde. En arrivant en retard, j’ai raté la présentation de son livre. Je suis une merde, je sais. 
Je sors fumer une clope. Je remonte. Oh non !  il faut lire ce putain de texte. Une blogueuse sexo se lance. Je griffonne quelques idées, du coup je ne l’écoute pas. C’est pas poli. Puis Miss Kat et Charlotte, une blogueuse-critique de littérature érotique, enchaînent. Toutes des amatrices du genre qui révèlent de jolis textes sur des situations coquines, inspirées ou pas de leur vie, des phrases riches de détails. C’est au tour de Nicolas Buisson, l’homme d’affaire qui a lancé le concept de ces apéros. Pas du genre à fréquenter les boites à partouze, ce patron d’une entreprise de sex-toys balance une anecdote croustillante arrivée à un proche. Tous le monde s’est poilé.
Une trentenaire décrit la première fois qu’elle a mis les pieds dans un camp naturiste. Une question fuse: « est-ce érotique d’acheter sa baguette de pain, zizi ou chatte à l’air ? » 
 
Ensuite, il faut piocher une carte qui lance un débat : « La jalousie est-elle bonne chose en amour ? » Pour certains, c’est une plaie, pour d’autres, elle stimule la relation. La discussion dévie sur la frustration, source d’excitation. L’occasion pour un participant de dévoiler ses secrets. « Attacher la personne par les poignets avec du fil à coudre. Excitez la au maximum. Elle n’obtiendra ce qu’elle veut, que si, et seulement si, elle ne casse pas le fil. »
Autre débat: « Faut-il réaliser ses fantasmes ? »  » oui » assure Adam du blog www.nouveauxplaisirs.fr (il y fait des critiques de sex-toys après les avoir tester. Le garçon cherche à démocratiser auprès des hommes les plaisirs prostatiques. Tous ça parce qu’encore trop de mecs pensent que s’ils se mettent un stimulateur dans l’anus, ils sont homos.
 
Bilan: j’ai fait des rencontres rigolotes, j’ai appris des choses. J’ai passé un bon moment. 
 
Je vous la fais courte. Vous avez envie de parler de cul avec des inconnus, c’est parfait. Après tout, pourquoi toujours parler de cul avec ses potes ? Sa femme ? Sa mère ? Et encore quand c’est possible.
En fait, les ateliers ne sont qu’un prétexte pour parle de cul. Forcément, personne ne se connait, alors tous le monde s’en fout. Les gens déconnent, se lâchent, et les liens se créent. Mais l’humour n’étant pas le meilleur des aphrodisiaques, l’apéro ne tourne pas à l’orgie. Néanmoins, c’est un bon plan drague. A une condition: ne rien chercher de spécial. C’est comme ça que ça marche. Toujours.
 
prochain Apéro Littéraire Érotique : dans l’agenda Keskonfé
Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Candaulisme : Osez être cocu

Qui n’a jamais ressenti une pointe de jalousie excitante à imaginer sa/son...
En lire plus

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.