Séduction : art ou manipulation ?

« C’est de la communication » m’assure le coach en séduction Sélim Niederhoffer qui s’est fait connaître avec ses vidéos « aux 15 millions de vues » d’après le bandeau rouge de son nouveau livre : Leçon de séduction. 375 secrets pour toutes les faire tomber (Leduc éditions). Je me suis rendue à la sympathique sauterie organisée pour le lancement du guide et j’ai rencontré l’expert.

La soirée se déroule au Pigalle, canapé cuir, meuble design, bel éclairage, ni trop sombre, ni agressif. Le bar fait partie de ces établissements qui rendent le quartier rouge de plus en plus smart. Les lieux sont bondés de gars bien sapés et filles joviales. Je tombe directement sur le fringant Sélim à la barbe parfaitement taillée.

Sélim Niederhoffer

L’expert est très blagueur. Ravie de le revoir.

Emma : Alors Sélim, 375 secrets pour toutes les faire tomber, il vous les faut toutes ?

Sélim : Bon, c’est de la provocation, l’objectif, ce n’est pas de les faire toutes tomber mais d’en trouver une. C’est déjà tellement compliqué avec une, alors toutes, non ! Mauvaise idée.

Peux tu nous donner un ou deux de tes secrets gratos ?

Mais je ne fais rien gratuit, c’est un vrai business ma ptite dame ! Je déconne, un peu de sérieux. Le sourire toujours le sourire, c’est ultra important. Un corps humain, c’est un peu comme une pièce, il y a des pièces qui sont bien meublées, on a envie de s’asseoir et d’autres ne sont pas conviviales. Il faut donner envie de nous parler. Le deuxième secret, c’est une technique peut-être un peu plus sournoise : le toucher. On convainc beaucoup plus les gens quand on les touche. C’est pour cela que l’on vous fait essayer des voitures, qu’on vous donne des échantillons de ce qu’on veut vous vendre. Et c’est comme ça qu’on se rapproche des autres. On n’a jamais vu quelqu’un séduire en restant à 10 kilomètres de la personne.

Toucher ? Ça peut être très intrusif. Non ?

Attention, c’est une question de dosage ! Il a des zones socialement acceptables. On part de la main qu’on va effleurer. On peut remonter un peu sur le bras. Mais on ne touche pas le reste y compris la tête et le cou. Un petit effleurement et on avance progressivement. Quand on prend un café avec quelqu’un, on ne va pas être face à la personne mais à côté d’elle. On n’est pas dans la confrontation mais dans la co création. Et ça permet de toucher au niveau du coude.

Ton guide, c’est un peu le The Game français, la bible du séducteur venue des Etats-Unis…

Ce qu’il y a de génial dans The Game, c’est le fait que ce soit un roman initiatique. Strauss le journaliste, plonge dans la communauté de la séduction et il passe chez tous les grands coachs américains et c’est comme ça qu’il progresse et devient le meilleur. Moi, dans mon livre, je ne voulais pas me mettre en avant. C’est pour ça que vous ne verrez pas ma tête sur la couverture. L’objectif, ce n’est pas de raconter mon histoire mais plutôt de donner des secrets, des techniques, de l’inspiration aux hommes. Ce bouquin, je l’ai voulu amusant, didactique et pratique. Chaque secret se termine par un petit exercice « do it » parce qu’il faut passer à l’action.

Les coachs en séduction sont pas mal attaqués sur le fait qu’ils poussent à arracher aux filles leur consentement…

Je suis désolé, il n’y a aucune technique de manipulation dans mon livre. Il y a de l’influence, c’est différent. J’explique qu’on ne fait pas boire, qu’on ne drogue pas les filles, c’est triché ! Je donne une trousse à outils pour devenir plus attirant, pour faire en sorte que ton message passe mieux. Alors, c’est vrai qu’il y a eu une polémique récemment sur une technique, le NEG, qui consiste à faire un mauvais compliment. Genre : « j’adore ton sourire, mais c’est dommage que tu ne saches pas étaler ton rouge à lèvres, tu en as sur les dents. » Souffler le chaud et le froid. C’est une technique très naturelle, tout le monde fait ça. Mais certains mecs vont dans la manipulation, ça va beaucoup trop loin mais c’est pas nous. Ce n’est pas l’élégance que nous avons envie de promouvoir.

Le problème, c’est que les filles ne bougent pas. Si elles faisaient le premier pas, tout serait plus simple…

Mais nous, nous sommes pour ! Qu’elles draguent un mec qui leur plait !

Sauf qu’elles passent pour des salopes…

Je ne suis pas d’accord. Une femme a les mêmes besoins que nous, peut-être même plus. Vous avez envie de draguer un homme, vous y allez. Je trouve ça génial ! Si le mec ne veut pas parce qu’il se sent dévirilisé, qu’il a un problème avec sa masculinité, c’est un toquard !

Les filles doivent-elles lire ce livre pour rentrer dans la tête des mecs ?

Oui, ça doit être assez intéressant. Une femme trouvera beaucoup d’inspiration dans ce livre et pas seulement pour esquiver les pièges « des vilains manipulateurs », non ! Il faut se rendre compte que la séduction ça s’apprend. ! La séduction, c’est de la communication et c’est la même chose pour tout le monde. Les filles peuvent s’en servir : le fait de parler de manière positive, de bien s’habiller, prendre soin de soi. C’est valable pour tout le monde. Combien de filles cherchent l’homme de leur vie ? Ce n’est pas facile de trouver. Mais faut se sortir les doigts, progresser, et c’est valable pour tout le monde.

prix : 19€90

en vente ici

Sélim est appelé à une table. Je me retrouve seule, je tombe la veste, je porte un haut transparent moulant… J’attends de me faire draguer, pendant de longues minutes, je joue la proie. Et bien ? Et bien ? Et bien rien ! Le vieux malaise, aucun prédateur ne fond sur moi. Je vais devoir potasser le bouquin ! Je me retourne et je tombe sur un pote journaliste de longue date et son acolyte, également de cette profession qui, il faut bien le dire, à 50€ brut la page, est devenue un hobby du dimanche.

Quel hasard ! Car il y a à peine 15 jours j’avais passé une soirée avec les deux compères et nous nous étions pris une petite cuite dans un bar du très sage et provincial XVème arrondissement. Les deux sont rigolos, très cultivés, très ricaneurs et à la fois conservateurs dans leurs opinions mais ils votent Mélenchon. Le paradoxe n’est-il pas le sel de la vie ? Leur plus grand plaisir, c’est de baver évidemment sur les Zemmour, Finkielkraut (surnommé Finky), Bruckner, Devecchio, bref tous les abonnés aux tribunes du Figaro. Xavier et Daniel ne les estiment vraiment pas à la hauteur de la cause. Seule Natacha Polony trouve grâce à leurs yeux. Xavier : « Je suis juste un peu désolé pour elle, elle s’est trompée de siècle, elle aurait fait une excellente prof sous la IIIème République. »

« On bouge ? Allez go ! » Nous voilà parti dans le Pigalle toujours chaud même si, les épiceries bio remplacent de plus en plus les bars à entraineuses. Daniel souligne cependant que la conjoncture est plutôt favorable au portefeuille du client. Ces bouges étaient de véritables arnaques, tu t’en tirais pour au moins 300 €. Tu devais picoler, payer à boire à la fille, ensuite il fallait trouver un hôtel, si tu ne te faisais pas dépouiller entre temps. Désormais, avec les salons chinois qui ont fleuri un peu partout, tu te fais tripoter la nouille pour 80€ max. »

Sur la mythique Place Pigalle, entre le Folies, haut lieu de fêtes synthétiques et le cinéma X l’Atlas, où se mêlent joyeusement travailleurs immigrés et travestis, allez hop ! nous posons nos séants respectifs à une terrasse pour refaire le monde qui est bien claudiquant. À la table d’à côté, un groupe de mecs un zest éméchés, met un sujet lourd sur la table : la taille du pénis est elle importante ? L’un raconte qu’un chirurgien parisien tient clinique chic près des Champs-Elysées. Le type est devenu le grand « rallongeur » de pénis de la capitale. L’un des gars balance : «  j’imagine que ça ne doit pas être simple pour lui, aucun de ses amis ne doit trop oser s’afficher à ses côtés devant des meufs, ça sous-entend automatiquement que tu es passé entre ses mains… » Et si au fond, séduction rimait avec s’assumer comme on est ? L’un des grands défis modernes en somme.

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

Rentrée libertine : bons plans et dernières tendances

C’est l’idéal pour mettre un pied voire plus dans le milieu. L’apéro...
En lire plus

Laisser un commentaire