J’ai testé le stage de tantra. Ai-je fini dans une orgie ?

illustration Guenièvre - Secrets de Coquines

Comment atteindre l’extase ? Le nirvana ? Dans « sexe tantrique », il y a… « tenté » ! J’ai testé un stage se référant à ces techniques venues d’Inde. J’ai cherché aussi à comprendre pourquoi le tantra rencontre un succès grandissant en occident.

Le sexe tantrique, c’est quoi ?

« Tantrisme » est un mot sanscrit qui signifie « tisser, étirer, amplifier la conscience ». Cet art de vivre à la base spirituel, peut s’étendre à la sexualité. Il permet d’être au diapason avec son ou sa partenaire, de parvenir à un état fusionnel, jusqu’à ne plus savoir qui pénètre et qui est pénétré. Il s’agit aussi d’unir corps et esprit. Et pour y parvenir, il existe des exercices à faire seul qui développent la connaissance de soi. Une fois en couple, les techniques tantriques créent une intimité profonde qui améliore la relation et le plaisir sexuel.

Pourquoi le tantra tente tant ?

Le tantra est une technique parmi d’autre, qui permet au corps et à l’esprit, au sensuel et à l’intellectuel de se réconcilier. Or, dans notre société, plusieurs facteurs nous poussent à les dissocier. Ce qui entraine de la souffrance, des angoisses et parfois des dépressions. Comment ce fesse ? A la base, notre culture judéo-chrétienne méprise le corps et notamment celui des femmes par qui est arrivé le pêché originel. De son côté, la philosophie n’a pas toujours fait avancer les choses privilégiant la tête, plutôt que les jambes avec Descartes et son célèbre « je pense donc je suis ». Kant soutient l’idée que l’homme qui pense, ne sent pas et celui qui sent, ne pense pas. Sentir, ressentir, nous ramènerait à notre animalité, comme des bêtes quoi !

tantrisme

Là-dessus, est venu se greffer la révolution numérique avec tout ses bienfaits mais aussi ses excès. Plus nous sommes connectés à nos smartphones, tablettes et ordi, qui nous projettent dans l’instant d’après, mais aussi aux appli qui nous disent quoi faire, quand et comment, plus nous sommes déconnectés des autres et de nous même. La consommation de X en ligne et de sites de rencontre procurent du virtuel au détriment du sensuel, de la chair.

Enfin, nous avons beau nous être débarrassé de Dieu, nous nous sommes jamais autant soumis aux injonctions dans la sphère intime : il faut jouir comme ci, essayez ça, réussir absolument telle ou telle pratique, maigrir pour être désirable sinon c’est la loose. Au final, pendant l’acte, il faut penser à tout ça, plus la liste des courses et le dossier à rendre. Il devient impossible de profiter pleinement de l’instant, condition absolue du plaisir. Finalement, c’est le smartphone qui couine à votre place !

diapositive13

Le sexe tantrique serait l’occasion de faire une pause, d’échapper à la performance, de s’accepter d’avantage, de se respecter et de se faire respecter, de mieux aller vers l’autre pour rendre la relation plus intense et plus profonde. Avec de l’entrainement, ces pratiques permettraient d’atteindre l’extase et de la faire durer. Mais il est clair que ça prend du temps. Et nous n’en n’avons jamais autant manqué.

Pourquoi sexe tantrique rime avec ésotérique ?

D’après Michèle Larue, auteure d’Osez le sexe tantrique aux éditions la Musardine, « dans les années 70, Bhagwan Shree Rajneesh dit Osho, l’apôtre de la sexualité tantrique, reçut un nombre grandissant d’occidentaux dans son ashram indien (lieu spirituel). Il professait la liberté sexuelle et le plaisir partagé à plusieurs.

e07cd85b1e53d11eca4140815a5d2402b7f2c46f

Mais le mouvement pris rapidement une mauvaise tournure, et les abus lui valurent d’être emprisonné, puis expulsé des États-Unis où il avait fondé un ashram devenu une secte. Le tantra sexuel dont nous parlons ici est détaché de toute doctrine religieuse ou sectaire même si l’intériorité donne à l’union sexuelle une dimension qui est de l’ordre du sacré du fait de la conscience que nous en avons. »

Je suis allée vérifier si un stage de tantra finissait en partouze.

Avez-vous déjà remarqué dans mon agenda « Keskonfé ? », les évènements « découverte du tantra » chez Piment Rose ? Vous êtes dubitatifs sur ce qui se cache derrière… Vous vous imaginez catapultés dans une secte sexuelle où les participants entrent en transe, sur du dj ridou, tout le monde à poil et ça dégénère en une immense orgie de bobos bonobos. Armée de mon courage, je me dévoue pour aller vérifier ça tout un week-end. Allez hop, c’est parti, nous y voilà !

Nous sommes 8 participants, un peu plus de femmes que d’hommes, assis dans des fauteuils ou canapés très confortables. Notre maîtresse de stage, Nathalie est secondé de Nelly Germain, joyeuse coach qui ne manque jamais de faire des allusions sexuelles très drôles, ce n’est pas moi qui vais la condamner ! Nous avons les yeux bandés, bizarre… serais-je dans un plan Fifty Shades ? Mais non ! Emma, tu as vraiment l’esprit mal tourné ! Il s’agit juste de se priver de la vue, sens beaucoup trop sollicité par les écran d’ordi,  et smartphone au détriment des autres : toucher, odorat… Ces derniers vont être réveillés par Nathalie et Nelly qui nous passent sur les avant bras, les mains, le visage, des parfums, des plumes, des tissus, on ne savait pas vraiment quoi d’ailleurs. C’est gentillet et il n’y a pas eu de dérapage.

secretsdecoquines-sexyfooding-plumeau
illustration Guenièvre – Secrets de Coquines

Ensuite, nous formons des binômes. L’un va masser l’avant bras de l’autre. D’abord pendant 15 minutes, le masseur se fait plaisir, puis, pendant le même laps de temps, il ne prend en compte que les préférences du massé. Et on ne masse que l’avant bras ! C’est un exercice qui permet de circonscrire son désir et celui de l’autre.

Pendant le déjeuner, nous n’avons pas le droit de parler. Un bon calvaire pour les pipelettes ! Au début, c’est galère, mais je compense avec les yeux, le sourire, les mains en me transformant en mime Marceau. C’est assez cocasse et finalement, la parole ne manque pas tant que ça. En effet, le verbal ne représente que 20% de la communication.

Ah ! Nous y sommes ! Un outil pour dénouer les tensions dans son couple. Je vous le disais, notre époque et les nouvelles technologies, nous coupent de nos intuitions : une appli pour manger, se remettre de la crème solaire, faire pipi etc… Là, prouesse incroyable ! Il s’agit de trouver soi même la solution à son problème ! Nous sommes toujours en binôme. Chacun passe 5 minutes à expliquer où il en est dans sa vie personnelle. Par exemple, « il y a beaucoup trop de mecs qui dorment sur mon paillasson, c’est la rançon de la gloire de la blogueuse sexo. » Ensuite, 5 minutes pour définir l’objectif: « Dans tout ce lot, il y en a bien un qui devrait faire l’affaire. Mais lequel ? » Et 2 minutes pour déterminer le 1er pas à faire pour atteindre ce but : « Je les fais entrer un par un pour les tester côté tâches ménagères en leur faisant passer l’aspi, briquer la tuyauterie, trier le linge etc… Et je sélectionne the best. » Vous allez me dire, « Emma, t’aurais pu trouvé la solution avec bavardant avec l’une de tes cops domina. » En fait, ce n’est pas pareil explique Nathalie, « il est important que la personne en face, soit inconnue et qu’elle écoute sans interrompre, sinon on risque de projeter sur elle des pensées. »

10452390_1608717476014307_6438604847835031897_n

Charité bien ordonnée commence par soi même, nous enchainons avec une séance d’automassage. Puis tout le monde se bandent les yeux et chacun masse un autre au niveau du dos et des cervicales. Impossible de savoir qui, un homme ? Une femme ? Des mecs ont du en toucher d’autres. Au début, vieux malaise, mais finalement, ils l’ont fait ! Bravo ! Non, ils ne sont pas traumatisés, non ça ne s’est pas terminé en gang-bang gay. Respirez, inspirez, soufflez !

Ah, enfin ! Le massage tantrique, nous y voilà. Tous le monde reste vêtu. Vous ressentez une sorte d’énergie que vous allez transmettre à l’autre. Et si vous suivez bien les instructions, au bout d’un moment, vous n’aurez même plus besoin de toucher un partenaire allongé par terre. Ce dernier ressentira à distance une chaleur en provenance de votre main. Y ‘a un côté un peu magique comme ça. Mais au fond, nous ne sommes pas des machines et nous avons tous en nous une énergie propre ( dans tous les sens du terme). Pour moi, c’est l’exercice le plus bluffant, j’aurais aimer en apprendre plus !

Je ne vous cache pas qu’il y a eu quelques moments ésotériques, comme une danse sous forme de transe. Au mieux, ça vous donne la banane, au pire ça vous fait faire un peu de sport. Ce qui est sur c’est que vous ressortez de tout ça très très zen, et en forme pour attaquer la semaine. Alors, c’est vrai, le tarif n’est franchement pas donné, 90€ la journée, mais si vous sentez que vous en avez besoin, ça vaut le coût. Maintenant, désolée de briser le fantasme, non, ça ne s’est pas terminé en grosse toutouze !

Ces stages où il est possible de venir en couple évidemment, restent une mise à l’étrier, (les prochains auront lieu les 24 septembre, 11 et 12 décembre) ensuite, pour atteindre le fameux nirvana, ce sera chez vous, en privé. Ces pratiques impliquent des techniques de respiration, de masturbation et d’exercices à deux, bref, tout un cheminement aussi importants que le but : l’extase. Pour vous aider, je vous recommande ce livre :

6f642f5310dea22bb6bb744496d98d37c96734d9et un autre, spéciale « Messieurs »en vente ici :

1540-1

Ecrit par
Plus d'articles d' emma

De la branlette au pamplemousse… au sauna libertin en passant du côté de chez Castel

Je me suis fondue dans le décor du Caméléon, un sauna libertin...
En lire plus

12 Commentaires

  • Bonjour Mademoiselle
    J’ai découvert votre blog et cet article à la suite de votre intervention sur RTL.
    Je ne vous juge pas et je ne veux surtout pas être offensant. Il me semble cependant que si vous avez des ambitions journalistiques, il vous faut faire un effort de maitrise de la langue française. Ce très court article est truffé de fautes (savez vous qu’un synonyme de chaire c’est cathèdre ?) ce qui est « acceptable » d’un adolescent blogueur, ou une adolescente blogueuse, mais pas d’un professionnel et, à mon avis, décrédibilise votre propos.
    Sur le fond, « de se respecter » tout à fait, « et de se faire respecter » en effet même si c’est inclus dans le point précedent, mais vous oubliez là un point capital : respecter l’autre. (Et, comme je suis taquin, j’ajoute : écrire dans une langue correcte, n’est ce pas une forme de respect vis à vis de son lecteur ?).
    Je vous souhaite beaucoup de belles choses tant dans votre parcours journalistique que dans votre exploration du tantra ou plutôt des tantras.
    Salutations
    J-L

  • Très cher JL,
    Merci pour vos remarques et le partage de votre savoir. Il est clair que chacun est perfectible. Cependant, sachez que lorsque l’on écrit pour un blog, il n’y a pas de relecteur, comme dans les rédactions. Par ailleurs, sachez également que la tenue d’un blog n’est pas rémunérée et qu’elle s’effectue en plus du temps consacré à la profession. Bref, tenir ce blog, c’est du temps que je donne gratuitement aux lecteurs. En conséquence, en échange, il peut être sympathique de votre part de m’indiquer les fautes. En tout cas, vous pourrez voir que j’ai pris en compte la seule que vous m’avez indiqué pour l’instant. Bien à vous EJ

  • Ah Emma… ta dyslexie aurait-elle encore frappé !? La mienne ne cesse de jouer avec mes nerfs et ceux de mes lecteurs et lectrices… Mais, comme tu le dis si bien, personne ne semble prendre en compte le temps que tu consacres à ton blog pour des clopinettes en complément des heures de travail qui te permettent de vivre… elles !

    Bref revenons au tantrisme… J’ai beaucoup apprécié ton article sur le tantrisme et je pense que je vais me faire offrir « Osez le sexe tantrique » pour commencer. Et qui sait… un petit stage ensuite si j’accroche… Il faut bien faire bouger sa sexualité non ?

    Bises

  • Merci Miss pour ta compréhension.C est tellement simple de critiquer de façon non constructive et juste pour étaler sa science.
    Oui, le trantra peut t’apporter plus d’intensité dans ta vie libertine. En fait, il s’agit d’être encore plus présente au moment ou tu pratiques. En fait, le tantra, comme toutes les techniques autour de la pleine conscience, repose sur du bon sens.

    • Accent circonflexe oublié ? Conjonction de coordination superflue ? Recours à des formules vernaculaires ? Ça n’est pas très élégant non plus. Kant sors de ce corps !
      Amicalement
      DL

    • Bonjour Emma,

      Ne sachant plus tout à fait si ton dernier commentaire s’adresse à DL ou JL, je souhaite tout d’abord préciser que le contenu de mon message concerne les propos de ce dernier et non tes écrits.

      J’aime beaucoup ce que vous faites Madame (et ce qu’Annabelle propose sur le net également au passage) ; loin de moi l’idée de corriger quiconque. A contrario, si d’aventure, tu souhaites un regard externe sur un article, n’hésite pas 🙂

      Je te souhaite plein de motivation pour continuer à animer ce blog.
      Amicalement
      DL

      • Mister DL, un grand merci pour tes encouragements et ta proposition de regard externe. J’y penserai ! C’est très sympa de te part.
        En fait, je blaguais par rapport à ce très cher JL, qui me faisait la leçon, sans aucunement étaler sa culture. Quelle classe ! 🙂 🙂

  • Je vais jouer l’avocat de la diablotine qui trône en haut de cette page :

    Enfin, nous avons beau nous être débarrassé de Dieu, nous nous sommes jamais autant soumis aux injonctions dans la sphère intime : il faut jouir comme ci, essayez ça (…)

    Ben c’est exactement l’effet que me fait le tantra : ça fait quand même un paquet d’année que j’en entends parler et tout curieux de sexualité que je suis, ça ne me tente toujours aussi peu. Je crois que c’est le côté vaguement mystique qui me rebute (et puis aussi le fait que je me sens très épanoui dans ma sexualité primaire).

      • En fait mon cher Cui, le tantra est censé te rapprocher du sexe normal, en conscience. Donc, pas mal de gens n’en n’ont effectivement pas besoin. Ca s’adresse à ceux qui se sont éloignés de leur corps pour x raisons.
        Cette faute d’orthographe de ta part, est si touchante… D’ailleurs, je vais me toucher 🙂

Laisser un commentaire