Couple : dialoguer c’est bien… écouter c’est mieux

Nous sommes nombreux à nous vanter d’une ultra communication entre amoureux. Mais une fois que notre autre à le dos tourner, on hurle au scandale « il ne m’écoute pas vraiment…il ne m’entend pas… ». Ah ! C’est certain pour parler on parle, trop souvent. Et on blablate, on dit à l’autre nos manques, nos peurs et on reproche souvent.. « tu-tu-tu » embouteillage dans la vie de couple, ponctuée de coup de klaxons intempestifs. Mais ce n’est pas une fatalité. Les conseils sexo de Maryssa Rachel

D’un côté il y a notre amoureux ou amoureuse, de l’autre il y a nous. Jusque là tout va bien…enfin… jusqu’au au moment où rien ne va plus. Problème de compréhension ! Si seulement un Google traduction existait version « mot de mon aimé(e) – ce que je dois comprendre », tout serait plus simple. Notre Autre n’est pas le reflet de notre âme. Il est différent, il a sa propre personnalité, son vécu, son passé, ses états d’âmes, sa propre façon de dialoguer. Au diable « âmes jumelles » nous sommes souvent dans l’idéalisation du couple parfait. Il faudrait peut être admettre, que nous sommes tous critiquables, blindés de défauts et de petites qualités. Et l’égo ahhh l’égo ! Pas le petit jouet qui fait mal au pied quand on marche dessus, mais plutôt ce petit truc qui nous empêche d’oser affronter certaines vérités et de nous remettre en question.

La bonne communication commence par la bonne écoute. Ce qu’on pourrait nommer dans un jargon plus professionnel une « écoute active ». L’écoute active, c’est réussir à entendre sans penser à ce qu’on va répondre, et ça, lorsqu’on a l’impression d’être « attaqué » ce n’est pas facile. Parce qu’on a tendance à couper la parole, à hurler « pfff n’importe quoi… ».

Dans le couple on parle beaucoup, c’est vrai, mais mal. Si encore on parlait pour rien dire ça serait cool, on pourrait déconner et se marrer, mais non. On s’appelle pour accabler l’autre de reproche « t’as dit, tu ferais ça et même pas tu l’as fait » « t’as dit on partirait tous les deux, t’as oublié… » patati patata. Derrière les reproches il faut apprendre à entendre le véritable message… Tiens, si on s’amusait à faire un petit condensé des choses les plus traditionnellement dites ?

  • « tu t’es bien amusé ce soir lorsque t’es sorti avec tes potes ? » (sur un ton de reproche sinon ça ne serait pas drôle) signifie « pourquoi j’ai l’impression que tu ne t’occupes pas de moi ? dis moi que tu m’aimes… »
  • « quoi ? t’étais avec X ? toute la soirée ? tu te fous de ma gueule signifie » = « pourquoi j’ai l’impression que tu ne t’occupes pas de moi ? dis moi que tu m’aimes… »
  • « j’en ai marre je suis vidée, tu ne m’écoutes pas signifie » = « pourquoi j’ai l’impression que tu ne t’occupes pas de moi ? dis moi que tu m’aimes…  »

Au lieu de dire les choses clairement, on comble les vides par des flots de paroles, une diarrhée verbale continue, un vomi perpétuel dans le « moi je » et dans le « tu-tu ».

3119897371_1_3_0rb7JuBz

On a tendance à tout interpréter et à comprendre le contraire de ce qui est exprimé. On développe trop, à se perdre dans des explications qui finissent par n’avoir aucun sens. Soit on est dans l’hyper communication chiante à en crever, soit on se tait et on s’enferme dans un mutisme sans fin.

Reproches, attaques, victimisation, fuite, méchanceté, grossièreté, menaces, pleurnichage, etc… tout est bon pour la non remise en question, tout est bon pour se dire que c’est l’autre qui a tort, tout est bon mais juste dans le cochon (sauf parfois le boucher).

Écoute bienveillante

Tout d’abord, communiquer en période de crise n’arrange pas grande chose, puisque chacun se laissera guider par son égo surdimensionné. Putain d’égo ! De toute façon, ce n’est jamais la faute de personne si la dispute surgit.

Le mieux serait donc de laisser passer la tempête. Un petit abris, un parapluie, et on sort de temps en temps le bout du museau juste pour vérifier que le soleil fait enfin son apparition.

Lorsque le terrain sera propice à la communication, posez-vous avec votre partenaire de vie et évitez de commencer par la phrase suivante « faut qu’on parle ». Elle présagerait un nouvel orage.

Il faut également être prêt à entendre les reproches sans les prendre comme des attaques personnelles, c’est très difficile à gérer, mais fermez-là et écoutez jusqu’au bout. Sans vous tortiller dans tous les sens, sans vous asseoir au bord du canapé prêt à bondir, toutes griffes sorties. Nous ne sommes pas des bêtes bordel !

Apprécier les silences. Ils sont importants ces moments de pauses pour faire baisser les tensions.

Boyfriend anxiety

Une fois que votre partenaire aura vidé son sac, demandez lui à son tour de vous écouter sans vous interrompre. Ne vous emballez pas, restez calme et dites lui les choses clairement sans passer par les chemins de travers.

Une fois que tous les deux vous aurez fait la liste des choses qui vous dérangent, essayez de trouver, ensemble les solutions appropriées.

« ton ex dans les parages, ça me fout les boules »

solution 1 : ne plus voir voir votre ex

solution 2 : ne plus voir voir votre ex

c’est pas compliqué en fait…

Le mensonge par omission ce n’est pas la solution

Dans le couple on part souvent dans le « on se dit tout ». Mais certains par crainte de perdre leur partenaire ou par crainte qu’il prenne mal certaines choses, préfère fermer leur gueule. Il évitera de lui parler de la soirée chez Mathieu avec la belle Clothilde. Elle évitera de dire qu’elle a vu son ex à la boulangerie ; ou encore ils éviteront de dire que sur Facebook, ils reçoivent une tonne de demande de plan cul.

Malheureusement lorsqu’on part sur le deal « on se dit tout » faut s’attendre à entendre « tout se sait ». Elle se sent trahie parce que Mathieu lui a montré des photos de la soirée et que dans ses photos il y a LA Clothilde ; il enrage parce qu’elle a reçu un sms de son ex ; ils évitent de trop en dire pour éviter des « ouragans » de Stéph de Monaco.

Si vous vous êtes promis « honnêteté » parlez lui de tout, même des petites choses futiles. Au bout d’un moment c’est elle, ou lui, qui finira par dire « je te fais confiance tu sais, tu n’es pas obligé(e) de tout me dire »

10473419_280613385463477_915277510228416449_n

Le jardin secret ou les coulisses

Lorsque vous ne vous êtes pas promis de tout vous dire, lorsque vous avez décidé d’un commun accord de respecter mutuellement vos jardins secrets, vous n’êtes pas obligé de tout raconter. Tout n’est pas bon à dire paraît-il. Mais… il suffit parfois de se mettre à la place de notre partenaire pour de suite comprendre ce qui est important de dévoiler ou non.

Le couple, une addition plus qu’imparfaite.

1+1 = 3. Il y a vous, il y a votre partenaire, et il y a votre couple. Les partenaires sont deux personnes distinctes, il ne s’agit pas de fusionner à la Dragon Ball Z pour être heureux. Chacun à droit a sa propre identité, droit d’avoir ses passions même si elles ne sont pas partagées ; droit d’avoir sa propre façon d’être et de penser.

Deux personnes distinctes, s’aiment, de cet amour né le troisième individu : le couple.

Il est important que les deux individus alimentent le couple ; si un nourrit plus le couple que l’autre ça risque d’être compliqué, et si les deux ne font aucun effort autant de suite vous séparer.

Le couple est un individu à part entière, qui a besoin d’être nourrit, besoin d’être chouchouté, écouté, respecté, aimé, caressé, comme les femmes ou comme la voiture de sport.

Alors pour résumer, si ça vous fait plaisir de vous targuer d’être un couple plus que parfait devant les copains, en disant haut et fort que tout va bien pour vous parce que vous êtes un couple moderne et dans l’hypra communication ; grand bien vous fasse. Mais une fois à la maison ne lui faites pas un caca nerveux parce que ce couillon de Marcel a passé son temps à reluquer son décolleté. Parlez calmement de vos doutes, de vos peurs, mais aussi de votre amour. Parce que la communication quand tout va mal c’est bien, mais quand tout va bien c’est encore mieux. Rien de meilleur à entendre qu’un « je t’aime comme un dingue » qu’un « tu es le soleil de ma vie » version Cofidis… Lâchez vous ! Vous avez une bouche, une langue, elles ne sont pas faites juste pour titiller le zizi ou la zezette !

Plus d'articles d' Maryssa Rachel

Plaisir prostatique : juste un doigt… merci !

Paris Derrière ne pouvait décemment passer à côté du sujet ! Pas...
En lire plus

1 Commentaire

  • C’est fou comme cet article excellent n evoque pas de commentaire
    Et pourtant il est terriblement juste et vaut dans tous les rapports de couple (sex, famille, boulot, loisir) du moment qu’une tension une peur rentre en jeu … l’Ego fait miam miam et la ca devient du n’importe quoi
    Et puis apprendre à dire ce que l’on ressent implique de ne déjà pas se cacher la vérité à soi même
    « mais non je ne suis pas jalouse et possessive mais c’est juste pas noooormal qu’il passe un jeudi sur 4 avec ses potes au bar ou y a machine, cette pute, qui sert »
    Pas si facile, c’est reconnaitre envers soi même en premier lieu, ce que nous nommons à tort des defauts

    On a une petite astuce de notre coté c’est écrire les reproches sur un papier ou partir courir dans la colline et hurler nos reproches, vider le sac de nos peurs et de nos colères, injustices, frustrations MAIS pas sur l’autre qui en général comme le dit Maryse a lui aussi c’est soucis angoisse et le toutim
    Et puis une fois bien vidé on rentre on boit un mojito et on parle ou pas on essaye de se retrouver sans forcement essayer de trouver une solution la ou 9 x sur 10 il n y a pas de problème

Laisser un commentaire