J’ai testé la piscine pubique de Paris

Avez-vous déjà expérimenté la sensation d’être nu(e) comme un ver dans l’eau ? Se faire caresser de partout par le fluide, c’est possible à Paris, à la piscine couverte Roger Le Gall. Un trip perso, ici, pas de gaudriole, ce n’est pas l’esprit. Une nouvelle exploration très sage pour une fois, d’Ève de Candaulie

ÈVE : Il fait beau (enfin)! Vous ne rêvez que d’une chose : vous prélasser sur une plage au soleil et exhiber votre corps de rêves (on en a tous un, rassurez-vous: ils n’ont donné de bon d’échange à personne à la naissance)… mais vous êtes à Paris.

Ça tombe bien! La piscine Roger Le Gall est là pour vous réchauffer.
De jour, je dirais qu’il faut y aller le week-end pour bronzer topless sur les pelouses de la piscine extérieure. C’est toujours bien de préparer ses seins au soleil de plomb de l’été.
De nuit… Ahhh de nuit, c’est autre chose. C’est pour moi le lieu où il faut être si l’on veut se sentir libre dans son corps à Paris.
Je m’explique : de nuit, il faut être nu(e), intégralement nu(e)… et il n’y a pas un mec relou pour mater (comme dirait Gainsbourg « ça vous étonne, mais c’est comme ça »). C’est très étrange le naturisme, très respectueux du corps, très agréable.
J’arrive un lundi soir un peu avant 21h, et je suis acceuillie au guichet par un charmant jeune homme qui me demande une pièce d’identité, de remplir une déclaration. Je passe le portique d’entrée de la piscine, et là, je vois bien que je suis à contre-courant : tout le monde part de la piscine… surtout de magnifiques joueurs de Water Polo hyper taillés, super jeunes : Restez les gars, faut pas partir comme ça !

photo © Eric Itschert

Moi je me dirige vers… le vestiaire des mecs. Le vestiaire des mecs!?! Comment ça le vestiaire des mecs?
Sur mon chemin dans le hall d’entrée, je croise un habitué qui voit tout de suite que je suis désorientée :
– Tu es nouvelle?
– Oui, c’est la première fois que je viens, c’est mon cours d’essai gratuit, je suis un peu timide.
– Oh, il ne faut pas! Tu vas voir, on a une super ambiance. Tu as ton bonnet?
– Ah non… Pourquoi? Même nue, il faut un bonnet?
Il soupire très sincèrement, dépité de sa réponse:

– Et oui, c’est la consigne de la piscine. Attends, je vais aller t’en chercher un de l’association.
Je mets mon petit bonnet bleu clair dans mon sac en échange de quelques euros, et je remercie l’initié qui semble avant tout passionné, défendant avec ferveur son association :
– Tu sais ici, c’est géré par l’Association des Naturistes de Paris (ANP). On a un système d’abonnement annuel, mais je suis sûr qu’on pourrait te faire un prix pour la fin de l’année. On t’a expliqué comment ça fonctionne?
– Je sais juste que je dois aller dans les vestiaires des hommes…
Vu ma petite mine déconfite, il comprend vite que l’idée me paraît contre nature:

– Ah oui, on utilise le vestiaire des hommes parce que le vestiaire est mixte. Je t’accompagne, tu vas voir personne ne te regarde, ici les gens sont de vrais naturistes. Viens, je vais te montrer les détails pratiques.

photo © Eric Itschert
photo © Eric Itschert

Franchement, c’est un peu comme une première fois au Club Med Gym. Il faut savoir comment fonctionnent les casiers (pas besoin de piécette, c’est un système à code), où sont les douches (juste après les vestiaires), quelles sont les heures des cours d’aquagym…
– Ah bon, il y a des cours d’aquagym?
– Oui, trois fois par semaine.

– Et l’abonnement à l’ANP est de 70€ à l’année pour les femmes? Wow! Mais c’est un prix qui défie toute concurrence. C’est génial!
– Attends, tu n’as pas encore vu Stéphano, notre prof d’aquagym, il est super sympa. Il est italien et musicien. Il aime bien nous mettre de la musique brésilienne pour rendre le cours super dynamique. Mais tu sais ici, chacun va à son rythme.
Bon là pour moi, c’est la grosse claque. Me voilà nue, avec un petit bonnet en lycra bleu et blanc sur la tête, des a priori plein la tête sur le naturisme, plein d’idées reçues sur ce que à quoi doit ressembler le corps d’une femme. Pfff! Marie-Claire, rentre chez toi! Toutes les formes sont dans la nature.

Ici c’est le pays de la liberté bienveillante : personne ne regarde mon corps particulièrement. Nous sommes trois femmes au cours d’aquagym. Stéphano a effectivement un cours particulièrement entraînant, expliquant bien chaque mouvement et motivant ses troupes. Dans le cours, il y a une personne aveugle qui est un peu à l’écart mais qui se débrouille très bien, aidée d’un accompagnateur : quelle meilleure façon de ressentir le monde que de le ressentir par la peau? Je m’étonne de tant d’amabilité entre les gens. C’est beau (si, si, on habite à Paris quand même, je verserai presque ma larme tellement c’est émouvant des parisiens en pleine démonstration de gentillesse).

Après tous ces amusements à agripper des pullboy et à tenir des frites bleues, je sors du cours d’aquagym en pleine forme. J’ai l’énergie du lion en moi… et je me vois mal aller me coucher si énergique.
Je recroise mon sympathique habitué, qui se déhanche pour marcher vite sans tomber sur le carrelage mouillé. Il est pressé et m’indique tout sourire :
– C’est l’heure du cours de natation! J’y vais, tu veux venir?
Toujours très volontaire, je le suis, je kiffe : je me rends bien compte à quel point je ne maîtrise même pas le crawl et ma respiration… Je m’essoufle. Je…
– Respire! Expire bien tout l’air de tes poumons sous l’eau.
Ouf! L’ANP recrute de vrais maîtres nageurs professionnels pour les cours (c’est vraiment une offre défiant toute conccurence) :
– Tu sais ici on a aussi des personnes qui participent à des compétitions nationales de natation naturiste. On est pas mal classés. Tu peux venir t’entraîner régulièrement.
– Ah oui, j’ai vu une vidéo de championnat sur internet.
– Oui, on a même eu un reportage sur France 3 Île de France, il y a quelques années.

unnamed

Je finis mes longueurs bien sagement. Je demande si je peux piquer une tête ou deux dans la piscine quand il n’y a plus personne. Pas d’objection :
– Vas-y ! Fais-toi plaisir 5 minutes le temps qu’on range les lignes. Il faut que tu viennes les vendredis soir, ça finit plus tard, on allume des lumières un peu disco et on met de la musique la dernière demi-heure. Mais ce soir on ferme plus tôt, il y a un pot d’organisé. Arrête-toi en partant pour lier connaissance : c’est vraiment très bon enfant.

Je prends ma douche en me concentrant sur mon gel douche et mon après-shampoing anti-chlore (c’est tenace comme odeur). Je débloque mon vestiaire à 4 chiffres, je me rhabille et je me rends compte que tout le monde est au pot. En même temps, la piscine, ça creuse. Je ne dis pas non au fromage ramené tout spécialement pour l’occasion par l’un des nageurs. Je suis très vite identifiée comme nouvelle, ça crée spontanément des sujets de conversation:
– Tu as vu le hammam?
– Non… Il y a un hammam?
– Oui, à côté de la salle de sport.
– Il y a une salle de sport?
– Oui, elle est même ouverte tous les soirs de la semaine.
Je le précise, après visite des lieux, il y a beaucoup d’appareils de muscu en tous genres et des vélos (sur lesquels on met sa petite serviette sur la selle, avant de monter dessus).
Ironie naturiste : : prenez des tongs mais c’est juste pour faire du vélo. Interdiction de les porter autour du bassin.

Foncez avant l’été, la piscine ferme ses portes durant les vacances scolaires.
Allez! Faites-vous un kiff Paris Derrière tout nu 😉

La piscine Roger Le Gall

34, boulevard Carnot
75012 Paris
(Métro Porte de Vincennes)
Horaires disponibles sur le site de l’ANP :

 

Tags from the story
,
More from Ève de Candaulie

Une bonne partie de gingembre en l’air

Le gingembre, c'est une racine qui ne ressemble à ... rien, mais...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire