Le milieu libertin est-il vraiment sans tabou ? 1ère partie